Ascalon Saint-Georges - ASMSG
Ascalon | Infolettre

INSCRIVEZ-VOUS!

Recevez en primeur les communications l'ASCALON

Je désire recevoir les communications par :

Code d’éthique

SOCCER ASCALON SAINT-GEORGES

Le jeu avant l'enjeu !

Plusieurs d’entre nous sont exigeants avec leurs enfants que ce soit à l’école, dans les sports ou dans la vie en générale.

Il faut cependant faire attention. Ce ne sont pas tous les enfants qui prennent la pression de la même façon.

Au soccer par exemple, on note régulièrement que certains parents sont un peu trop insistants avec leurs jeunes qui ont entre 4 et 10 ans. Souvent à cet âge-là, la plupart des enfants s’initient pour la première fois au soccer. Ils sont heureux de porter leur premier chandail d’équipe, de jouer sans se préoccuper du score. Tantôt devant, tantôt derrière ils courent en ayant comme seul objectif de donner un « coup de pied » dans le ballon simplement pour le faire avancer. L’entraînement ou la partie de soccer (à cet âge-là) est l’endroit où l’on court et l’on rit avec ses amis. On vient faire du social (surtout chez les petites filles), c’est l’endroit et le moment de la semaine où l’on vient rechercher du plaisir. C’est le moment où l’on doit leur faire aimer ce sport et espérer qu’ils l’aimeront assez pour revenir la semaine suivante, le mois suivant et l’année suivante. Notre enfant n’est pas notre miroir Il faut se rappeler qu’un enfant n’est pas un adulte en miniature. Nous avons parfois le réflexe de nous projeter à travers eux. On voudrait qu’il fasse ce qu’on a fait ou ce qu’on croit qu’on a fait à leur âge ou encore ce qu’on aurait voulu faire et qu’on n’a pas été capable de faire. On devient insistant et directif. « T’aurais dû faire ceci ou cela, si c’est pour jouer comme ça, je ne viendrai plus perdre mon temps à te regarder marcher sur le terrain, à ton âge moi je n’étais pas comme ça ». On tente de les motiver, de les « piquer » pour essayer d’éveiller leur orgueil et les faire réagir. Il faut être patient. Même si on a l’impression qu’ils n’avancent pas ou qu’ils ne progressent pas à court terme, il faut leur donner le temps. Très souvent ils emmagasinent l’information et il arrive souvent que le « déclic » se fasse plus tard. Parfois, on peut attendre 1, 2 ou même 3 ans avant que l’on note un changement chez l’enfant. On peut quelques fois trouver que c’est long, mais pas l’enfant. Le soccer à cet âge-là doit aussi être la joie de grands qui savent depuis longtemps ce qu’est vraiment un enfant…

Il est très important de réaliser que nos activités juvéniles sont strictement organisées dans le but d’amuser vos enfants et non de gagner.